Présentation de M. Goulven Laurent par Mme Quinquis

Madame Quinquis a bien voulu faire don, au moins de juin 2014,  au Centre François Viète de l’UBO à Brest, d’une partie importante de la bibliothèque d’histoire des sciences de M. Goulven Laurent, spécialiste de l’histoire des sciences de la vie et de la Terre. Nous lui avons demandé de présenter M. Laurent. Vous trouverez ci joint une partie de sa bibliographie

GOULVEN LAURENT ( 1925-2008 )

Goulven Laurent, né en 1925, était fils de paysans bretons, habitués à se déplacer, puisque son premier déménagement s’est fait à quatre ans.
Scolarisé dans une petite école de campagne, il est remarqué par son instituteur, ce qui le met sur une voie qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort en 2008 : celle des études.

D’abord enseignant en secondaire tout en préparant une licence d’histoire, ses Supérieurs le nomment ensuite à l’UCO ( Université Catholique de l’Ouest ) à Angers, où il reste 30 ans (jusqu’à son départ en retraite en 1996 ) :  enseignant à l ‘ Institut de Lettres et Histoire, puis directeur de cet institut ; enfin Conservateur de la Bibliothèque principale.

Pendant ce temps, il ne cesse de travailler son sujet favori : l’Histoire des Sciences, en particulier biologie et paléontologie, faisant toutes les semaines le voyage de Paris pour consulter des ouvrages en bibliothèque ou pour participer à des rencontres d’historiens.
Durant l’été, il collabore à des fouilles avec le professeur Leroi-Gourhan à Pincevent et Lunel ; il fait aussi des séjours en Allemagne et en Grande-Bretagne pour se perfectionner en langues.

En 1967, il soutient, à la Faculté des Sciences de la

Sorbonne, une thèse de 3ème cycle en Histoire de la Paléontologie, sous la direction de Jean Piveteau. Il se met alors à la préparation de sa Thèse d’Etat avec Jacques Roger :
« Paléontologie et Evolution en France de 1800 à 1860. Une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin. »
Thèse soutenue en 1984, à la Sorbonne et publiée en 1987 par les Editions du C.T.H.S.
En 2001, il publie chez Vuibert-Adapt: « La naissance du Transformisme : Lamarck entre Linné et Darwin »
En même temps, il collabore à de nombreuses revues et sociétés et publie de nombreux articles toujours en Histoire des Sciences (biologie et paléontologie). Il participe régulièrement à des congrès, voire en organise lui-même (Amiens 1994). Sa maladie l’a empêché de mener au bout la préparation

d’un colloque sur les 200 ans de la parution de la Philosophie Zoologique de Lamarck, au XXème Congrès International de Zoologie à Paris en 2008.

En plus de ses qualités relationnelles (« un ami épatant » dira une collaboratrice ), ce qui caractérisait Goulven Laurent, c’était sa méthode de travail. Très organisé, il savait s’arrêter régulièrement dans la journée, périodiquement durant l’année.Surtout, il ne supportait pas « l’à peu près « : Etudier un auteur équivalait pour lui à lire toute l’œuvre de cet auteur (par exemple, « les 20 000 pages qu’il (Lamarck) a écrites ).  Ces auteurs, il les lisait, si possible, dans le texte original. Ainsi il étudiait encore le russe pendant la maladie qui l’a emporté !

 

La conclusion de son introduction à son livre « Paléontologie et Evolution en France » exprime parfaitement la façon dont il concevait la recherche dans son domaine :
« L’ HISTOIRE DU PASSE SE FAIT COMME L’ON FAIT LA PREHISTOIRE ET LA PALEONTOLOGIE : EN CREUSANT. »

Parutions 1

Mme Bernadette Quinquis, juillet 2014

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *