Présentation de M. Goulven Laurent par Mme Quinquis

Madame Quinquis a bien voulu faire don, au moins de juin 2014,  au Centre François Viète de l’UBO à Brest, d’une partie importante de la bibliothèque d’histoire des sciences de M. Goulven Laurent, spécialiste de l’histoire des sciences de la vie et de la Terre. Nous lui avons demandé de présenter M. Laurent. Vous trouverez ci joint une partie de sa bibliographie

GOULVEN LAURENT ( 1925-2008 )

Goulven Laurent, né en 1925, était fils de paysans bretons, habitués à se déplacer, puisque son premier déménagement s’est fait à quatre ans.
Scolarisé dans une petite école de campagne, il est remarqué par son instituteur, ce qui le met sur une voie qu’il ne quittera plus jusqu’à sa mort en 2008 : celle des études.

D’abord enseignant en secondaire tout en préparant une licence d’histoire, ses Supérieurs le nomment ensuite à l’UCO ( Université Catholique de l’Ouest ) à Angers, où il reste 30 ans (jusqu’à son départ en retraite en 1996 ) :  enseignant à l ‘ Institut de Lettres et Histoire, puis directeur de cet institut ; enfin Conservateur de la Bibliothèque principale.

Pendant ce temps, il ne cesse de travailler son sujet favori : l’Histoire des Sciences, en particulier biologie et paléontologie, faisant toutes les semaines le voyage de Paris pour consulter des ouvrages en bibliothèque ou pour participer à des rencontres d’historiens.
Durant l’été, il collabore à des fouilles avec le professeur Leroi-Gourhan à Pincevent et Lunel ; il fait aussi des séjours en Allemagne et en Grande-Bretagne pour se perfectionner en langues.

En 1967, il soutient, à la Faculté des Sciences de la

Sorbonne, une thèse de 3ème cycle en Histoire de la Paléontologie, sous la direction de Jean Piveteau. Il se met alors à la préparation de sa Thèse d’Etat avec Jacques Roger :
« Paléontologie et Evolution en France de 1800 à 1860. Une histoire des idées de Cuvier et Lamarck à Darwin. »
Thèse soutenue en 1984, à la Sorbonne et publiée en 1987 par les Editions du C.T.H.S.
En 2001, il publie chez Vuibert-Adapt: « La naissance du Transformisme : Lamarck entre Linné et Darwin »
En même temps, il collabore à de nombreuses revues et sociétés et publie de nombreux articles toujours en Histoire des Sciences (biologie et paléontologie). Il participe régulièrement à des congrès, voire en organise lui-même (Amiens 1994). Sa maladie l’a empêché de mener au bout la préparation

d’un colloque sur les 200 ans de la parution de la Philosophie Zoologique de Lamarck, au XXème Congrès International de Zoologie à Paris en 2008.

En plus de ses qualités relationnelles (« un ami épatant » dira une collaboratrice ), ce qui caractérisait Goulven Laurent, c’était sa méthode de travail. Très organisé, il savait s’arrêter régulièrement dans la journée, périodiquement durant l’année.Surtout, il ne supportait pas « l’à peu près « : Etudier un auteur équivalait pour lui à lire toute l’œuvre de cet auteur (par exemple, « les 20 000 pages qu’il (Lamarck) a écrites ).  Ces auteurs, il les lisait, si possible, dans le texte original. Ainsi il étudiait encore le russe pendant la maladie qui l’a emporté !

 

La conclusion de son introduction à son livre « Paléontologie et Evolution en France » exprime parfaitement la façon dont il concevait la recherche dans son domaine :
« L’ HISTOIRE DU PASSE SE FAIT COMME L’ON FAIT LA PREHISTOIRE ET LA PALEONTOLOGIE : EN CREUSANT. »

Parutions 1

Mme Bernadette Quinquis, juillet 2014

 

Le laboratoire de physique des océans, exemple des relations entre l’UBO et l’Ifremer.

Le Job Ha Zelian dans le Golfe de Gascogne en 1973. Crédit Photo : Jacques Servain

Le Job Ha Zelian dans le Golfe de Gascogne en 1973.
Crédit Photo : Jacques Servain

À la rentrée 1970, Jean Le Floch, maître de conférences en océanographie physique à l’Université de Rennes, s’installe à la faculté des sciences de Brest. Cet ancien élève d’Henri Lacombe est attiré par la présence à Brest du CNEXO qui fournit des moyens importants à son laboratoire d’océanographie physique. L’arrivée de Le Floch et des cinq chercheurs qui composent son équipe intervient alors que l’enseignement supérieur brestois prend son autonomie vis-à-vis de l’Université de Rennes.

Les travaux menés par les membres du laboratoire d’océanographie physique de l’UBO portent sur les problèmes de circulation océanique en diverses régions de l’Océan Atlantique. L’essentiel des mesures consiste à déterminer la température, la salinité et la pression à diverses profondeurs afin de déterminer les caractéristiques physiques à l’origine des mouvements de l’océan. Dans le Golfe de Gascogne et en Mer d’Iroise, la majeure partie du travail expérimental est réalisé sur le « Job Ha Zelian », un navire de recherche basé à La Rochelle. Les conditions sont rudes à bord de cet ancien chalutier, l’inconfort y est permanent. Dans le Golfe de Guinée, les campagnes en mer sont effectuées à bord du « Capricorne », un navire océanographique de l’ORSTOM dont Jean Le Floch fut un élève. Le laboratoire se spécialise donc dans l’étude de deux régions : le Proche Atlantique et l’Atlantique Tropical.

Dans le même temps, à la fin de l’année 1969, une équipe d’océanographie physique s’est constituée au Centre Océanologique de Bretagne du CNEXO. Antenne du Muséum National d’Histoire Naturelle, elle est composée à ses débuts de trois chercheurs : Jean-Louis Hyacinthe, Alain Cavanié et François Madelain. Les ambitions du CNEXO sont bien différentes de celles de l’UBO, ses travaux doivent être utiles et produire des résultats économiques concrets. Ainsi, les recherches menées par l’équipe de Hyacinthe s’orientent vers la conception d’instruments de mesure, l’étude de l’énergie des vagues ou celle du vent en haute-mer.

Malgré ces divergences d’intérêt, les chercheurs de Brest et de Plouzané maintiennent quelques relations scientifiques. Elles sont rendues formelles en 1975 par la signature d’un accord de coopération entre l’UBO et le CNEXO. Pour le Laboratoire brestois, le CNEXO fournit des moyens matériels et humains ; pour l’équipe du CNEXO, l’UBO permet de s’assurer une légitimité auprès des universitaires et de faire valider des thèses de doctorat.

Chacune de ces deux équipes s’étoffe peu à peu dans les années 1970 et 1980. Elles attirent des chercheurs et des étudiants d’horizons variés. L’océanographie physique brestoise acquiert peu à peu une dimension internationale. À l’UBO, Joël Picaut collabore avec des théoriciens de l’Université d’Hawaii, tandis que le CNEXO embauche Alain Colin de Verdière et le Suisse Yves Desaubies tous deux formés aux États-Unis. Les deux équipes s’attachent également la tutelle du CNRS (en 1978 pour le laboratoire de l’UBO, en 1983 pour celui du CNEXO).

Au décès de Jean Le Floch en 1985, l’UBO est à la recherche d’un professeur pour occuper la chaire vacante d’océanographie physique. Alain Colin de Verdière, spécialiste des tourbillons océaniques à l’Ifremer (qui a remplacé le CNEXO quatre ans auparavant), obtient le poste en 1988 et devient directeur du laboratoire d’océanographie physique. Le rapprochement institutionnel s’opère ainsi entre les deux équipes, il est officialisé en 1991 lors de la création d’un Laboratoire de Physique des Océans (LPO). Sous les tutelles de l’UBO, de l’Ifremer, du CNRS puis de l’IRD, il est partagé entre les deux sites de Brest et de Plouzané.

Avec son implication dans le programme international WOCE (World Ocean Circulation Experiment) dans les années 1990, le LPO bénéficie de nouveaux moyens financiers. Il accueille alors de plus en plus de chercheurs et d’étudiants et s’assure une place importante dans le paysage international de l’océanographie physique.

Exposition Archives, patrimoine et mémoire de l’UBO

1

UFR Lettres, site Segalen

18 février – 31 mai 2014

ISHS-Centre François Viète-CRBC

 

 

Dans le cadre du CPER « Histoire et patrimoine de l’UBO » a été aménagée une salle d’archives dans le but de mettre en place des procédures rationnelles et pérennes de gestion des archives. Cette salle d’archives fonctionne en partenariat avec les Archives Départementales du Finistère qui exercent le contrôle scientifique et technique sur les fonds et veillent au2respect de la législation en vigueur.

 

 

Nous vous présentons, sur place à Segalen ou dans l’exposition virtuelle que vous pourrez visiter dans ce carnet de recherche, quelques-uns des documents qui ont été rassemblés et qui permettent de tracer une histoire inédite de l’UBO à travers ses propres fonds patrimoniaux.

Le détail de l’exposition :
Partie 1
Partie 2

                         4                         3

Participation aux Journées du Patrimoine et à Brest en Biens Communs 2013

Le Centre François Viète, dans le cadre de son CPER « Histoire et patrimoine de l’UBO » a participé aux Journées du Patrimoine (14-15 septembre) à la bibliothèque d’Etude de Brest sur le thème de « Patrimoines en (Re)construction », avec la bibliothèque municipale de Brest, les archives municipales et communautaires, le CRBC et le Service Historique de la Défense. Le CFV a choisi de rendre hommage au pionnier de la faculté des sciences, Auguste-Hervé Dizerbo (1913-2011) qui a été aussi le premier retraité de l’UBO en 1975.

1                                    2                                              3
vitrine d'exposition

Le Centre François Viète, a participé, du 7 au 20 octobre, à Brest en Biens Communs, manifestation qui a lieu tous les deux ans autour du partage et de la mutualisation des questions numériques. Le Centre François Viète a mis en place une collecte participative de données dans le cadre d’un projet de « Crowdsourcing » au travers d’un médiawiki destiné à alimenter une timeline permettant de retracer et visualiser l’histoire de l’UBO depuis la création du Collège Scientifique en 1959. Une petite exposition sur A.-H. Dizerbo était également présentée à cette occasion et invitait les chercheurs, comme le fit Dizerbo, à envisager le dépôt de leurs documents de recherche.

Panneau. Dizerbo 1                                                                                  Panneau Dizerbo 2

Déposez vos archives. Ouverture de la salle d’archives de l’UBO !

La première salle d’archives de l’UBO (faculté Segalen, 1er étage, près de l’entrée de l’ancienne BU), aménagée, avec une platefome de numérisation 2 D et 3 D, par Contrat Projet Etat Région, sous tutelle des Archives Départementales du Finistère, sera complètement opérationnelle dans deux semaines et elle permettra la collecte et la conservation, dans des conditions optimales d’archivage, des documents, sous toutes leurs formes (papier, numérique, photographique) qui y seront déposés. Un repérage des fonds d’archives est en cours auprès des directeurs d’UFR et de laboratoires, les premiers contacts et les promesses de dépôts font envisager d’ici quelques semaines l’arrivée de prêt de 70 mètres linéaires d’archives, tant administratives que de la recherche.

Ce service d’archives a aussi pour mission de sensibiliser à la question de la sauvegarde du patrimoine scientifique et technique de l’Université ainsi que de construire la mémoire de l’établissement ; il sera un lieu privilégié pour recevoir les laboratoires qui souhaitent valoriser leurs travaux dans une approche historique.

Une plateforme de travail, en cours d’élaboration, permettra un accès facile aux documents qui pourront être consulté dans un bureau d’accueil (B119). Des actions de valorisations (publications, expositions…) seront entreprises régulièrement afin de faire connaître les fonds déposés.

La première exposition, inaugurée pour Brest en Biens Communs 2013 (du 7 au 20 octobre) sera consacrée à l’algologue A.-H. Dizerbo, pionnier du Collège Scientifique Universitaire en 1959 et premier retraité de l’UBO en 1975, dont  le gigantesque alguier, fruit de 40 ans de carrière, est aujourd’hui conservé au LEMAR à l’IUEM ; ses travaux de chercheur doivent bientôt rejoindre la salle d’archives de l’UBO.

Histoire et patrimoine UBO

L’Université de Bretagne Occidentale (UBO), dans le cadre d’un Contrat Plan Etat Région (CPER), se dote d’un service commun au sein de l’Institut des Sciences de l’Homme et de la Société. Dédié à l’étude de son histoire et à la préservation de son patrimoine, il est placé sous la responsabilité scientifique du Centre F. Viète (EA 1161) et du Centre de Recherche Bretonne et Celtique (EA 4451) et s’inscrit dans le cadre de la recherche sur les « digital humanities » (web sémantique) en collaboration avec l’équipe 3S de Telecom-Bretagne (directeur : Serge Garlatti). Les carnets de recherche « Histoire & Patrimoine UBO » ont pour vocation d’accompagner cette initiative.

Le projet interroge les modalités des processus de protection et de préservation du patrimoine à mettre en place au sein d’une université : de la collecte à la mise en valeur. S’insérant dans les travaux de recherche menés sur le patrimoine scientifique et technique, secteur spécifique du champ patrimonial en pleine expansion, il vise à établir un « démonstrateur » établissant l’intérêt du recours à la démarche historique et de ses méthodes (notamment de l’histoire et l’épistémologie des sciences et techniques, dans les usages du patrimoine). Par ailleurs, le projet L’étude de l’émergence des sciences et techniques de la mer (risques et aléas, énergies de la mer, aquaculture) et celle des sciences humaines et sociales permettront d’apprécier la pertinence d’une approche systémique de la recherche scientifique afin de saisir les évolutions d’une structure universitaire, en l’occurrence de l’UBO. L’enjeu est de rendre compte de la compréhension objective de son histoire et de son patrimoine : de la production des savoirs à leurs appropriations par la société afin de la restituer à des publics diversifiés, spécifiques ou grand public.
La réappropriation de sa mémoire par l’UBO intervient dans la phase d’insertion de la recherche dans la société numérique. Les technologies de l’information et de la communication seront constamment associées aux réflexions et analyses. En sa qualité de méta-outil, le multimédia offre des opportunités d’usages multiples (conservation, recherche, enseignement, médiation culturelle…) dans la médiation des savoirs et la restitution des connaissances à des fins culturelles ou à des fins scientifiques et/ou pédagogiques. Le projet s’engage en faveur d’une approche par schèmes épistémologiques cohérents convoquant les problématiques modernes de représentation de connaissances et souhaite proposer des alternatives innovantes en explorant notamment le potentiel offert par le web sémantique et les plateformes de travail collaboratives.

Le projet articule la démarche historique à l’amorce d’une politique de préservation de patrimoine au sein de l’Université de Bretagne Occidentale. L’objectif est de faire converger les démarches conceptuelles et structurelles vers la mise en place d’une mémoire vivante mise au service du présent. Les carnets présenteront problématiques et enjeux de conception d’actions de médiation et leurs réalisations pratiques. Les recherches prospectives en terme de valorisation seront représentatives du champ des possibles offert par l’extension du processus de patrimonialisation aux différentes matérialités du réel : espaces emblématiques, monuments et sites, témoins matériels (archives écrites, visuelles et sonores, instruments, matériel d’étude, objets, pièces exceptionnelles, collections : herbier, minéraux, etc.), hommes (individuels ou collectifs en leur qualité d’acteurs et de témoins : chercheurs, acteurs-témoins, équipes de recherche), gestes et pratiques professionnelles, institution (structures collectives et institutionnelles, organismes de tutelle), modes de sociabilités (enseignement, pédagogie…). Les éléments moins tangibles comme les événements factuels feront également l’objet d’une analyse : changements de paradigmes, découvertes, événements historiques, aléas majeurs tel que l’Amoco Cadiz… ; ces derniers permettant de saisir les ruptures et les évolutions de la recherche scientifique et les orientations prises par l’UBO. Méthodes et outils (élaboration des définitions théoriques, questionnaires, collecte d’archives orales et témoins matériels, entretiens, vidéos…) seront étudiés et proposés afin de garantir la qualité scientifique des opérations menées. Ces méthodologies feront l’objet d’évaluation dans la phase de réalisation pragmatique.

Les carnets, en présentant ces travaux, souhaitent sensibiliser les acteurs de l’Université à l’importance de l’héritage des réalités scientifiques passées et favoriser, entre autres, une démarche participative dans la mise en œuvre des procédures de collectes ; le service commun ayant à terme un rôle d’expertise, de conseil et de coordination.