Témoignage Jean Rosmorduc Décembre 2013 – Février 2014

Cette première retranscription d’un témoignage lié à l’histoire de l’Université de Bretagne Occidentale dans le cadre du Projet CPER « Histoire et patrimoine scientifique et technique de l’UBO », est pour nous l’occasion de présenter une partie de notre méthodologie de travail et l’une des formes que nous souhaitons donner à nos résultats de recherche.

Jean Rosmorduc

Jean Rosmorduc

Pour illustrer les récits de carrière des acteurs des Collège Scientifique Universitaire, Collège Littéraire Universitaire, Facultés de Lettres et de Sciences et Université de Brest, nous vous donnons à lire quelques extraits des entretiens menés avec un enseignant-chercheur « singulier » de notre université (qui a accepté que nous le présentions de la sorte) : Jean Rosmorduc.
Singulier d’abord, parce qu’il a connu le CSU, la Faculté des sciences et l’UBO et parce qu’il a été le premier enseignant d’histoire des sciences de l’UBO – une discipline d’enseignement et de recherche qui, sans lui, n’aurait pas existé dans notre Université.
Singulier, ensuite, parce qu’il a tout de suite accepté lorsque nous lui avons demandé de présenter son témoignage à l’ensemble de la communauté des acteurs de la recherche et de l’enseignement de l’UBO. Il a été amené, du fait de la nature de ses enseignements et recherches – appartenant à plusieurs domaines universitaires disciplinaires ou académiques – à travailler avec des enseignants, chercheurs et administratifs des différentes équipes de recherche de l’UBO, autant avec les membres des équipes de Lettres, qu’avec ceux des laboratoires scientifiques (des sciences de la nature et des sciences humaines).
Singulier, enfin, parce que son témoignage est celui d’un historien des sciences et des techniques qui connaît bien nos préoccupations de chercheurs. Ce projet étant aussi et d’abord un projet de recherche en EHST, mobilisant des concepts propres à nos domaines de questionnement, il a su d’emblée en mesurer tous les enjeux et les objectifs. Nous tenons donc à le remercier pour son soutien et ses conseils.

La présentation – intégrant des citations des entretiens et témoignages qu’il a bien voulu nous confier – de sa carrière d’historien des sciences nous a semblé intéressante pour montrer à tous les témoins sensibilisés par notre travail les informations que nous cherchons à collecter et le type de récits historiques que nous souhaitons produire.

Quelques extraits du récit de carrière de Jean Rosmorduc, historien des sciences à l’UBO (décembre 2013 – janvier 2014). Texte rédigé par Hervé Ferrière et corrigé par Jean Rosmorduc (février 2014).

Après des études à l’école laïque de Châteauneuf-du-Faou et au lycée de Brest, un bac « Maths élém » en poche, Jean Rosmorduc part faire une licence de Physique puis un 3e cycle d’optique ultrahertzienne à la faculté des sciences de Bordeaux. Il obtient sa première thèse en 1962. Il est nommé maître-assistant à la faculté des sciences d’Alger, de 1963 à 1965 puis il revient en Bretagne pour occuper, de janvier 1966 à septembre 1966, un poste d’ingénieur de recherche au C.N.E.T. (Centre National d’Étude des Télécommunications), à Lannion. « Le C.N.E.T., dirigé au départ par M. Marzin, était alors le service de recherche des P.T.T. Nous étions aux débuts de l’utilisation des satellites de télécommunication (d’où la création du Centre de Pleumeur-Bodou, chargé de suivre les satellites), du Minitel, de la fibre optique… ». Dans son laboratoire, Jean Rosmoduc travaillait « sur la propagation des ondes millimétriques dans les plasmas gazeux ». Il est recruté comme assistant de Physique à Brest (qui est alors encore Collège Scientifique Universitaire) en octobre 1966. Il travaille au laboratoire de Physique des collisions (dont le directeur est alors Joseph Péresse). Mais il ne disposait pas de matériel et avait donc peu de possibilité de se lancer dans un sujet de thèse… Fin 1967, le CSU devient une faculté des sciences autonome. La loi Edgar Faure de la fin 1968 change le paysage universitaire. Grâce « à la liberté permise par 1968 » vis-à-vis des Mandarins des facultés, Jean Rosmorduc se réoriente vers l’histoire des sciences. Il prend alors contact avec René Taton et son séminaire à l’E.P.H.E. et réalise sa thèse de 3e cycle sur le physicien Aimé Cotton ; il soutient sa thèse à la Sorbonne en 1971 avec, parmi les membres du jury, Alfred Kastler, prix Nobel de Physique. Cette thèse lui permet d’affirmer sa « totale autonomie » et son rattachement administratif brestois dans le laboratoire de Mme Génin, Professeur de Physique, favorable à l’histoire des sciences et à son enseignement. Jean Rosmorduc est aussi rattaché à l’équipe de recherche de René Taton ; il consacre sa thèse d’État à l’histoire de la polarisation rotatoire au XIXe siècle (d’Arago à Pasteur), cette question faisant partie des axes de recherche d’Aimé Cotton.
En 1973, sont créés les DEUG (Diplômes d’Etudes Universitaires Générales qui disparaîtront lors de la création du système LMD) en 2 ans, en lieu et place des Propédeutiques qui se faisaient en un an. Les DEUG de sciences comportaient alors des options, dont une U.V. (Unité de Valeurs) l’équivalent d’une U.E. des années 2000 d’histoire des sciences. « J’ai mis cette option en place », raconte Jean Rosmorduc, « avec l’appui de Julien Querré, alors Professeur de Mathématiques, favorable à l’histoire des sciences et devenu, entre-temps, président de l’UBO ». Cette année 1973 constitue une année importante pour les axes de recherche et d’enseignement de Jean Rosmorduc : Julien Quéré lui demande en effet de suivre l’engagement de l’UBO en matière de vulgarisation scientifique, une mission qui va bientôt l’amener à se préoccuper de la formation des enseignants. Dès cette période, des contacts sont établis avec de nombreux partenaires et organisations de la recherche, de l’enseignement et de la médiation : le Palais de la Découverte, avec lequel il organise une première exposition en 1973 sur Copernic, l’Union des Physiciens, l’INRP, le CNDP, l’INRAP (équivalent de l’INRP pour l’enseignement agricole). Jean Rosmorduc poursuit, en parallèle de son enseignement d’histoire des sciences, ses cours de physique.

De bons contacts établis avec les enseignants et chercheurs en Philosophie lui permettent de créer une U.V. sur l’histoire de la lumière. Ces travaux et enseignements se poursuivent jusqu’en 1991, année de création des IUFM, et ils illustrent sa préoccupation constante pour la formation des maîtres, en particulier dans le cadre de la formation continue et dans le domaine de l’histoire des sciences.

Extraits du récit de la création du CSU, de la faculté des sciences et de l’UBO par Jean Rosmorduc (décembre 2013- février 2014).

« Le CSU a été créé à Brest en 1959, grâce notamment à un engagement fort du Maire de Brest, Georges Lombard, un homme […] qui avait de l’ambition pour sa ville. Il y eut ensuite une installation provisoire dans des baraques face à l’hôpital Morvan (là où se trouve maintenant le bâtiment Segalen). En Mathématiques (avec pour enseignant M. Quéré) et en Sciences naturelles (avec messieurs Lucas et Babin), les cours ont été donnés au départ par des enseignants agrégés du lycée Kérichen puis survinrent des nominations dans l’enseignement supérieur en Physique et Chimie. On vit le même processus pour le CLU, dont le premier directeur a été Pierre Trépos. Pierre Trépos faisait des émissions de breton avec Pierre Jakez Helias qui était alors professeur à l’Ecole Normale de Quimper. Après son décès accidentel, M. Trépos fut remplacé par Alice Picard – plus connue sous son futur nom d’Alice Saunier-Séité – qui, quelques années plus tard, deviendra ministre du Président Giscard d’Estaing. Le CSU et le CLU étaient alors encore des annexes de l’université de Rennes. Ce fut le statut du CSU jusqu’en 1967, le collège devient alors faculté des sciences autonome, avec un doyen élu par et parmi les enseignants Brestois. Il s’est agi de M. Teste, un professeur de chimie, qui a démissionné finalement assez vite, dès mai 1968. Il a alors été remplacé par M. Quéré. Après 1968, la loi Edgar Faure a donné, pour la première fois, un statut relativement démocratique à l’enseignement supérieur. La loi reflétait pour une large part l’influence d’Edgar Faure mais elle était pleine d’ambiguïtés, la prise d’autonomie était assez générale en France ce qui illustrait une certaine volonté de décentralisation de la part de De Gaulle. Après la démission de De Gaulle (suite à l’échec de son référendum) et après l’élection de G. Pompidou comme Président, il y eut un retour en arrière sur de nombreux points […]. A l’Education Nationale est arrivé Olivier Guichard et sur tous les points ambigües de la Loi Faure, il y eut une interprétation assez partisane et plutôt conservatrice. Entre-temps, nous avions élu des Conseils constitutifs en Sciences et en Lettres et un troisième Conseil pour l’Université (qui allait devenir l’UBO). Le SNESUP, avec l’UNEF et la CGT du personnel y avaient une forte influence. Par provocation, nous avons élu comme Président un assistant délégué d’histoire médiévale, M. Lestocquoy, très opposé au mandarinat […]. Les statuts de l’UBO, qui devaient être rédigés courant 1971, sont écrits par le Conseil et expédiés à Paris, ils nous sont revenus franchement modifiés […]. Selon la loi, le président de l’Université devait être, sauf dérogation, un professeur titulaire de chaire (cela existait encore à l’époque). Le conseil a décidé, dans sa majorité de soutenir Raymond-François Le Bris, professeur de droit. Après un an de présidence, il est nommé Directeur de l’Enseignement supérieur et il est remplacé à la Présidence de l’UBO par Julien Querré ».

Concernant la spécialisation de l’UBO dans les sciences de la mer – océanographie et sciences humaines liées à la mer – Jean Rosmorduc nous confie :

« Le choix de l’océanographie allait de soi. Les orientations de recherche d’Albert Lucas, puis de Michel Glémarec, ont conforté cette orientation générale ». (C’est à l’invitation de Jean Rosmorduc que Michel Glémarec a écrit son bel ouvrage sur l’histoire de la Biologie marine).
« Puis les chimistes ont été intéressés par le domaine. Les physiciens beaucoup moins, à part M. Colin de Verdière qui avait été clairement recruté dans cet objectif. Il me semble qu’en géologie le choix ait été moins évident qu’en biologie. Le naufrage du Torrey Canyon en 67, la création du CNEXO (en 1967) puis de l’IFREMER (en 1984) ont fortement poussé dans ce sens ».

Jean Rosmorduc nous livre, en conclusion, une anecdote sur la marée noire de 1967 : à l’instigation de membres de la Société d’Etude et de Protection de la Nature en Bretagne, dont Albert Lucas, les bureaux des chercheurs et enseignants de la faculté des sciences ont été « réquisitionnés » pour servir de clinique aux oiseaux mazoutés.

A propos de ses thématiques de recherche, Jean Rosmorduc les présente comme suit :
– Aimé Cotton (thèse de 3e cycle en 1971)
– L’histoire de la polarisation rotatoire au XIXe siècle d’Arago à Pasteur (Thèse d’État soutenue en 1980)
– Histoire des sciences et vulgarisation
– Histoire de l’optique, science de la lumière
– Science et société
– Histoire de l’énergie

Ses collaborations et mandats :
– Avec l’Ecole Pratique des Hautres Etudes (MM. Taton, Costabel et Roger)
– Avec le Centre National de la Recherche Scientifique (direction d’une école de printemps en 1986)
– Avec l’Union des Physiciens et la Société Française de Physique
– Participation à la création de la Société Française d’Histoire des Sciences et des Techniques en 1980
– Avec l’Institut National de Recherche Pédagogique (les revues Aster et Didaskalia)
– Avec l’Institut de Recherche sur l’Enseignement des Mathématiques
– Membre élu de la 72e section du Conseil National des Universités (Epistémologie et histoire des sciences et des techniques) à partir de sa création.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *