Approche historique

 

Projet CPER : patrimoine scientifique et technique de l’UBO

Premier axe développé : l’histoire et le patrimoine des sciences de la mer au sein de l’UBO

Volontairement, nous commençons ce texte de présentation par un des axes historiques du projet CPER : celui portant sur l’émergence des sciences de la mer au sein de l’UBO. Mais cette présentation va permettre à tous les personnes qui seront sollicitées (et impliquées dans la collecte de mémoire), de mesurer à la fois l’intérêt de notre démarche mais surtout les objectifs du projet.

 Nous cherchons à retrouver et à comprendre la dynamique de l’émergence de notre université – l’UBO – mais aussi, en son sein, d’un domaine de spécialité qui – paradoxalement – s’appuie sur une forte dimension interdisciplinaire1 : « les sciences et technologies de la mer ». Cette étude s’inscrit dans le cadre plus large de l’histoire de l’enseignement supérieur et de la recherche à Brest2 entre 1959 (date de la création du Collège Scientifique Universitaire) et 1995 (création de l’IUEM).

 Pour cela, nous allons suivre, en retraçant les modalités de développement de trois thématiques scientifiques précises mais vastes (à savoir la question des « Risques et aléas en milieu côtier », « L’aquaculture » et « L’énergie et la mer »), la construction et la structuration de cette interdisciplinarité. Nous chercherons à les comprendre en étudiant à la fois l’histoire des institutions et laboratoires de recherches concernés, mais aussi celle d’un certain nombre d’acteurs de la recherche.

 Le choix des trois grandes thématiques est lié d’abord aux connaissances actuelles portant sur l’histoire de l’UBO, et donc, en partie aux caractéristiques (comme l’interdisciplinarité affirmée) et à la notoriété de notre université dans les sciences de la mer.

 L’écriture de cette histoire sera accompagnée d’une approche patrimoniale matérielle et immatérielle qui, quant à elle, dépassera – de loin sans doute – les trois thématiques choisies. La constitution de ce patrimoine scientifique et technique pertinent pour l’ensemble des acteurs de la recherche à l’UBO, constitue en réalité l’axe principal du projet CPER.

 Ce parcours de patrimonialisation nécessite l’intervention d’un nombre maximal d’acteurs des recherches en sciences de la mer. D’abord, parce qu’ils auront à apporter leur témoignage et leur jugement sur l’histoire qui va être écrite. Or, ce travail d’écriture prendra en compte un grand nombre de questionnements, d’aspects, d’événements et d’acteurs qui ont mené l’IUEM à sa structure actuelle – et s’adressera donc aux chercheurs des 6 laboratoires constitutifs (et bien que certains ont intégré l’Institut bien après sa création). Ensuite, parce que ces acteurs auront à apporter leur expertise dans les choix qui déterminent la constitution d’un patrimoine scientifique et technique : choix des objets, instruments, archives de toute sorte (écrite, orale, audiovisuelle…). Enfin, parce qu’ils participeront activement à la constitution de ce patrimoine en intégrant cette démarche « mémorielle » de manière routinière (si possible !) à leurs activités de recherche scientifique.

  Les trois échelles de questionnement historiques envisagées et les thématiques scientifiques choisies.

 1.  Une approche thématique

Cette approche thématique porte sur trois thèmes de recherche liés aux « sciences et technologies de la mer ». Les thématiques retenues sont :

 Les « Risques (et aléas) » liés à la mer et au littoral. Parce que l’histoire de la recherche à Brest est liée en partie à l’émergence de risques – comme par exemple les pollutions aux hydrocarbures (pensons aux échouages du Torrey Canyon et de l’Amoco Cadiz) mais aussi liés à l’érosion… Et parce que la construction sociale et scientifique de la définition du risque est toujours en cours et conserve un aspect particulièrement mobilisateur (à l’image des deux thèmes suivants, …) ;

 L’« Aquaculture ». Car s’est développé dans l’histoire de l’UBO, un lien très fort entre recherche, enseignement, industries locales, autres institutions de recherche (comme les universités parisiennes et le CNRS par exemple sur Roscoff, mais aussi sur place avec le COB du CNEXO puis l’IFREMER, ou avec l’ORSTOM puis l’IRD), structures de recherche et de médiation (Océanopolis) et volonté politique de développement économique, mais s’est déroulé aussi un certain nombre d’expériences économiques dans le domaine ;

 Et le thème « Mer et énergie », parce que cette thématique a été très vite posée dans les premières étapes de la création de l’UBO. Le thème de l’énergie constitue un thème transverse aux sociétés occidentales du XXème siècle. Il permet de suivre le lien entre développement de la recherche et contextes économiques et sociaux, politiques et stratégiques nationaux. On y retrouvera par exemple des questions d’expertises préalables à l’installation de moyen de production d’énergie électrique (nucléaire, éolienne, ETM, etc.), l’innovation dans le domaine des énergies marines ainsi que la question du réchauffement climatique.

 Nous le voyons bien, ces trois thématiques présentent des histoires déjà anciennes à Brest. Elles ont d’emblée des singularités que l’on ne devraient pas retrouver dans d’autres universités françaises, du fait par exemple, de l’histoire locale. Leurs niveaux de développement sont différents, les motifs et les objectifs qui les sous-tendent sont divers mais convergents. Mais surtout elles concernent un large éventail de chercheurs actifs ou en retraire de l’UBO dans de nombreux domaines disciplinaires. Elles présentent en effet la particularité de poser la question des modalités de développement de recherches interdisciplinaires au sein des Collèges universitaires jusqu’à la création de l’IUEM.

2.  Une approche biographique

 Nous nous plaçons aussi dans une approche biographique (mais réduite à la carrière des personnels administratifs, chercheurs, techniciens, enseignants… au sein de l’UBO). Nous chercherons ainsi, avec l’aide des acteurs de l’histoire de l’UBO, grâce à des entretiens et un recueil d’informations en ligne, à établir des récits de carrière et des modes de résolution de problématiques individuelles en lien avec le développement des trois thématiques retenues.  Ces problématiques correspondent non à des récits biographiques complets mais à des approches de « moments clés » repérés par les acteurs et les historiens en lien avec les trois thématiques. Il s’agit bien , encore une fois, d’entrevoir une première histoire d’une structure universitaire complexe.

3.   Une approche institutionnelle

 Enfin, dans le même temps, nous envisagerons une approche institutionnelle. Nous allons chercher à retracer les étapes de développement des structures d’enseignement et de recherche à Brest en les liant aux projets et aux politiques de recherche en Bretagne (comme par exemple en motivant le choix des acteurs à leur appartenance à la SEPNB), en France mais aussi en Europe. Nous allons donc chercher à les replacer dans des contextes généraux assez larges pour donner un sens général aux deux approches historiques depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale (à la manière d’études déjà menées par ailleurs en France ou à l’étranger).

Catherine Abéguilé-Petit (IGE), Hervé Ferrière (MCF)

et Sylvain Laubé (MCF, directeur adjoint du CFV).

1 Un aspect que nombre de chercheurs de l’IUEM citent lorsqu’on les interroge, à l’image de François Gourmelon dans le n° 303 de Sciences Ouest de novembre 2012…

2 Ce travail de recherche s’effectue dans le cadre du projet CPER « histoire et patrimoine de l’UBO » et du projet « Histoire de l’Enseignement Supérieur, la Recherche et de l’Innovation en Bretagne » porté par la MSHB et la Région Bretagne ainsi que du GIS Histoire Maritime.

 

Diaporama de présentation du Projet CPER à l’IUEM en avril 2013 : CPER-IUEM

Et en lien, la conférence de présentation donnée en cette occasion.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *