Laboratoire de Physique des Océans

 

Deux équipes d’océanographie physique à Brest

À la rentrée 1970, Jean Le Floch, maître de conférences en océanographie physique à l’Université de Rennes, s’installe à la faculté des sciences de Brest. Cet ancien élève d’Henri Lacombe est attiré par la présence à Brest du CNEXO qui fournit des moyens importants à son laboratoire d’océanographie physique. L’arrivée de Le Floch et des cinq chercheurs qui composent son équipe intervient alors que l’enseignement supérieur brestois prend son autonomie vis-à-vis de l’Université de Rennes.

Les travaux menés par les membres du laboratoire d’océanographie physique de l’UBO portent sur les problèmes de circulation océanique en diverses régions de l’Océan Atlantique. L’essentiel des mesures consiste à déterminer la température, la salinité et la pression à diverses profondeurs afin de déterminer les caractéristiques physiques à l’origine des mouvements de l’océan. Dans le Golfe de Gascogne et en Mer d’Iroise, la majeure partie du travail expérimental est réalisé sur le « Job Ha Zelian », un navire de recherche basé à La Rochelle. Les conditions sont rudes à bord de cet ancien chalutier, l’inconfort y est permanent. Dans le Golfe de Guinée, les campagnes en mer sont effectuées à bord du « Capricorne », un navire océanographique de l’ORSTOM dont Jean Le Floch fut un élève. Le laboratoire se spécialise donc dans l’étude de deux régions : le Proche Atlantique et l’Atlantique Tropical.

Dans le même temps, à la fin de l’année 1969, une équipe d’océanographie physique s’est constituée au Centre Océanologique de Bretagne du CNEXO. Antenne du Muséum National d’Histoire Naturelle, elle est composée à ses débuts de trois chercheurs : Jean-Louis Hyacinthe, Alain Cavanié et François Madelain. Les ambitions du CNEXO sont bien différentes de celles de l’UBO, ses travaux doivent être utiles et produire des résultats économiques concrets. Ainsi, les recherches menées par l’équipe de Hyacinthe s’orientent vers la conception d’instruments de mesure, l’étude de l’énergie des vagues ou celle du vent en haute-mer.

 

Le Job Ha Zelian dans le port de La Rochelle en 1973. Credit Photo : Jacques Servain

Le Job Ha Zelian dans le port de La Rochelle en 1973.Credit Photo : Jacques Servain

 

 

Rapprochements institutionnels et création du LPO

Malgré ces divergences d’intérêt, les chercheurs de Brest et de Plouzané maintiennent quelques relations scientifiques. Elles sont rendues formelles en 1975 par la signature d’un accord de coopération entre l’UBO et le CNEXO. Pour le Laboratoire brestois, le CNEXO fournit des moyens matériels et humains ; pour l’équipe du CNEXO, l’UBO permet de s’assurer une légitimité auprès des universitaires et de faire valider des thèses de doctorat.

Chacune de ces deux équipes s’étoffe peu à peu dans les années 1970 et 1980. Elles attirent des chercheurs et des étudiants d’horizons variés. L’océanographie physique brestoise acquiert peu à peu une dimension internationale. À l’UBO, Joël Picaut collabore avec des théoriciens de l’Université d’Hawaii, tandis que le CNEXO embauche Alain Colin de Verdière et le Suisse Yves Desaubies tous deux formés aux États-Unis. Les deux équipes s’attachent également la tutelle du CNRS (en 1978 pour le laboratoire de l’UBO, en 1983 pour celui du CNEXO).

Au décès de Jean Le Floch en 1985, l’UBO est à la recherche d’un professeur pour occuper la chaire vacante d’océanographie physique. Alain Colin de Verdière, spécialiste des tourbillons océaniques à l’Ifremer (qui a remplacé le CNEXO quatre ans auparavant), obtient le poste en 1988 et devient directeur du laboratoire d’océanographie physique. Le rapprochement institutionnel s’opère ainsi entre les deux équipes, il est officialisé en 1991 lors de la création d’un Laboratoire de Physique des Océans (LPO). Sous les tutelles de l’UBO, de l’Ifremer, du CNRS puis de l’IRD, il est partagé entre les deux sites de Brest et de Plouzané.

Avec son implication dans le programme international WOCE (World Ocean Circulation Experiment) dans les années 1990, le LPO bénéficie de nouveaux moyens financiers. Il accueille alors de plus en plus de chercheurs et d’étudiants et s’assure une place importante dans le paysage international de l’océanographie physique.

Une réflexion au sujet de « Laboratoire de Physique des Océans »

  1. Dans cette page concernant le Laboratoire de Physique des Océans il est écrit  » le Suisse Yves Desaubies ». cette information est fausse : je suis de nationalité belge. Je vous demande de bien vouloir rectifier.
    Merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *